L'Ennéatoile

Objectif

L’Ennéatoile a plusieurs intérêts.

     – Elle peut servir à s’observer, s’explorer, se questionner sur son type Ennéagramme dominant.

     – Elle peut servir à mieux comprendre la cohérence des 9 types de personnalités de l’Ennéagramme.

     – Elle peut servir à « voyager » parmi les énergies en s’inspirant des autres types de personnalités.

     – Et sûrement plein d’autres choses ! allez-y de vos meilleurs idées.

Dépasser les ailes et les flèches

En étudiant l’Ennéagramme, on parle souvent de flèches (deux types reliés au nôtre, l’un étant une direction d’évolution et l’autre de « désintégration ») et d’ailes (les deux types voisins du nôtre). Ce serait comme des liens privilégiés avec quatre autres types. J’aime beaucoup cette idée de reliance à d’autres types Ennéagramme, pour élargir notre vision de nous-même et notre expérience de vie. Et j’ai peine à restreindre nos sources d’inspiration à seulement quatre autres types (deux ailes et deux flèches), d’autant plus qu’avec ce système, le type 2 ne trouve aucun lien avec le centre mental, ni le type 7 avec le centre émotionnel. Or l’équilibrage des trois centres est une piste fondamentale pour l’harmonisation intérieure. Avec le système d’ailes et de flèches, les personnalités de types 2 et 7 se retrouvent donc « amputées » d’une direction majeure, et toutes sont restreintes à quatre sources d’inspiration parmi les huit existantes.

J’ai donc souhaité élargir cette idée de reliance entre les types, et m’appuyer sur la complexité formidable de l’Ennéagramme. Dans la complexité, tout est dans tout, mais pas n’importe comment. Ainsi, le 1 est dans le 7, le 8 est dans le 3, le 5 est dans le 9… mais pas n’importe comment. Chaque fois, d’une manière spécifique. C’est ce travail de discernement que j’ai entrepris.

A propos de complexité, la lecture de ces tableaux se fait comme pour la découverte de votre type dominant : ne vous dites pas « j’ai un peu de tout en moi, donc le modèle ne vaut rien ». Si vous avez un peu de tous les types, ou un peu de chaque colonne d’un tableau, tant mieux ! C’est signe que le modèle est complexe. L’intérêt, c’est de chercher la prépondérance : ce qui est plus automatique, plus développé, éventuellement plus excessif.

Exploiter les triades harmoniques

Les « triades harmoniques » de l’Ennéagramme ont été travaillées par des auteurs comme David Daniels et Riso & Hudson, et vous trouverez ici des échos à ces travaux. Cependant, je crois que l’Ennéatoile va plus loin. Elle ne se contente pas d’établir des points communs entre les types, elle les exploite et les valorise :

– L’Ennéatoile nomme les trois ensembles de triades : posture, attention et développement afin de préciser le sujet que chacune aborde, ou le contexte auquel elle se réfère, d’une manière spécifique et compréhensible. La posture traite de notre rapport au monde, l’attention de notre manière de percevoir, le développement de notre façon de construire notre route. Voir plus bas pour plus de détail !

– L’Ennéatoile met en relation ces trois ensembles de triades, la posture, l’attention et le développement, comme étant trois facettes de la personnalité qui ensemble synthétisent les types Ennéagramme. Par exemple, si je joins la posture d’assertivité, l’attention par évitement et le développement par conception, j’ai produit une synthèse du type 7.

– L’Ennéatoile donne un nom et une description à chaque facette, en relation avec chacun des neuf types. ce qui permet de mieux comprendre ces facettes, mieux découvrir notre type dominant, et surtout savoir comment s’inspirer d’un autres type. Par exemple, le type 5 a une posture dominante de recul, caractérisée par la compréhension. Si je veux m’inspirer de la posture du type 5, je peux chercher à me mettre en recul, activer l’énergie mentale, et « embrasser les informations pour saisir des vérités ». Bien sûr, ce n’est qu’une piste indicative, qui demande à être explorée à l’aide d’un formateur, d’ouvrages, ou d’une personne de type 5 capable de parler de son type.

La posture

Ces triades abordent notre rapport au monde, les façons de se positionner dans notre environnement. Selon ce modèle, il y a trois grands types de postures : le recul (je suis en retrait de ce qui se passe), l’assertivité (je mène ce qui se passe), et l’adaptation (je m’ajuste à une référence extérieure).

Exemple d’utilisation des triades de la posture, pour le développement personnel.

J’ai une personnalité de type 4 et j’ai tendance à caresser des rêves sans oser les réaliser, parce que j’ai l’impression qu’il me manque quelque chose pour y arriver. La posture de type 3 – fierté – me serait utile, je peux m’inspirer des 3 (quelle posture aurait un.e 3 à ma place ? comment puis-je me montrer capable ?) pour évoluer, élargir ma zone de confort.

L'attention

Ces triades abordent les différentes façons de traiter l’information que nous recevons, ou de prêter attention aux choses. Selon ce modèle, il y a trois grands modes d’attention : l’évitement (mon esprit « glisse » de la conscience présente vers autres chose), l’accentuation (mon esprit zoome en grand sur ce qui m’arrive), et le filtrage (mon esprit mesure et trie l’information, il garde le contrôle).

Exemple d’utilisation des triades de l’attention, pour le développement personnel.

J’ai une personnalité de type 1 et j’ai tendance à être mal à l’aise tant que je ne sais pas si mon ressenti est justifié. Mon esprit se cherche toujours des raisons objectives, c’est fatigant, j’aimerais vivre les choses plus simplement, laisser aller les problèmes… L’attention de type 9 – cimentation – me serait utile, pour lâcher prise. Je peux m’inspirer des 9 (quelle attitude intérieure aurait un.e 9 à ma place ? comment puis-je lâcher prise ?) pour évoluer, élargir ma zone de confort.

Le développement

Ces triades abordent les différentes énergies employées dans notre développement, notre manière de construire notre route. Selon ce modèle, il y a trois grands modes de développement : la réalisation (j’expérimente les choses en situation, en contexte), la conception (je trace mes lignes directrices, je définis mes idéaux), et l’évolution (je mets en mouvement sur le long terme, je maintiens une continuité).

Exemple d’utilisation des triades du développement, pour le développement personnel.

J’ai une personnalité de type 9 et j’ai tendance à m’enfoncer dans la routine, entretenir des choses et des activités mais sans réaliser mes envies nouvelles. Le développement de type 8 (concrétisation) me serait utile. Je peux m’inspirer des 8 (que ferait un.e 8 à ma place ? comment puis-je me concentrer sur une action ?) pour évoluer, élargir ma zone de confort.

Naviguer en ligne ou en colonne

Petit conseil pour les « ennéanaute » ! Tenter un changement, c’est difficile, je ne vous apprends rien… Pour cette raison, il vaut mieux s’inspirer d’un type qui est sur la même ligne ou la même colonne que votre type dominant, sur le tableau que vous regardez. Ainsi, vous garderez un élément commun, le saut dans l’inconnu sera moins difficile.

Par exemple, sur le tableau de l’Attention, si vous êtes en type 2 (solution) et que vous voulez vous inspirez du 4 (théâtralisation) vous allez essayer un nouveau mode d’attention, mais vous resterez sur une énergie émotionnelle dominante. Et si vous voulez vous inspirez du 7, vous passerez à une énergie mentale dominante, mais vous garderez votre mode d’attention par évitement.

Si vous voulez vous inspirer d’un type qui n’est ni sur votre ligne, ni sur votre colonne, je conseille de faire étape sur un type intermédiaire. En reprenant l’exemple, si vous êtes en type 2 (solution) et que vous voulez vous inspirer du 5 (vérification) je conseille de vous inspirer d’abord du 3 (qualification) ou du 7 (distraction) avant d’aller vers le 5.

C’est comme un jeu où le déplacement diagonal serait possible, mais plus coûteux… A vous de jouer 😉

Et écrivez-moi si besoin !

Retrouvez-nous sur les réseaux ! 🤙

etienne@uniliance.fr   

   06.52.27.40.68